Armoise Séchée

Ajouter à mes favorisAjouter aux favorisProduit retiré de la liste des souhaits 0

Employées en phytothérapie, notamment pour soigner la malaria et pour soulager tous les troubles liés au cycle menstruel, elles donnent un tisane au pouvoir fortifiant, aux propriétés digestives, antispasmodiques, anti-inflammatoires, diurétiques, antifongiques et antibactériennes.

27,00 Dhs

  • 100g
  • 250g
  • 500g
Effacer
SKU: N/A Catégories: ,

Qu’est-ce que l’armoise ?

L’armoise est une plante dont les feuilles et les sommités fleuries sont employées en phytothérapie, principalement pour leur pouvoir fortifiant, mais aussi leurs excellentes propriétés digestives, antispasmodiques, anti-inflammatoires, diurétiques, antifongiques et antibactériennes.

Comme remède naturel, on la consomme sous forme d’infusions, tisanes, gélules, comprimés, poudres, huiles essentielles, cataplasmes, emplâtres, diffusions atmosphériques, bains, etc.

C’est une plante commune dans les régions tempérées, en Europe centrale, en Afrique du Nord et un peu en Asie, aussi utilisée comme plante ornementale à cause de son très beau feuillage découpé. Elle pousse naturellement au bord des chemins et des routes, remblais, décombres, berges et terrains vagues.

Botaniquement, l’armoise est une espèce de plantes herbacées vivaces de la famille des Astéracées qui peut mesurer de 60 cm à 2 m de haut. Elle possède une tige dressée rameuse et élancée de couleur rouge-violacée. Son magnifique feuillage est vert foncé, avec une odeur rappelant l’absinthe, ses capitules duveteux sont serrés et très abondants sur les branches. Elle possède des fleurs jaunâtres ou pourprées possédant une forte odeur assez désagréable.

Quels sont les bienfaits de l’armoise ?

L’armoise est principalement reconnue pour ses vertus toniques, fébrifuges, antispasmodiques, vermifuges et stomachiques.

Principes actifs

Les bienfaits thérapeutiques proviennent des principes actifs de la plante, plus de 400 recensés, qui se concentrent dans ses feuilles et ses sommités fleuries, en vente ici.

Les feuilles et les sommités fleuries sont riches en :

– Lactones sesquiterpéniques, alcools sesquiterpéniques et acides sesquiterpéniques,
– flavonoïdes, coumarines, polyines, stérols et des triterpènes,
– artémisine, thuyones, hydroxycoumarine, flavonolglycosides, polyines et tanins,
– oligo-éléments (calcium, potassium, zinc, magnésium, phosphore,  soufre et iode).

Action antiparasitaire (malaria)

Parmi toutes les vertus de l’armoise, citons que la plante possède des propriétés antiseptiques, diurétique, antifongiques, antiparasitaires et antibactériennes.

Ainsi, elle permet de soigner les troubles liés à une infestation de parasites : infection urinaire, catarrhe nasal, inflammation des voies aériennes (bronchite), mais aussi le paludisme.

En effet, des études cliniques ont prouvé son efficacité dans le traitement du paludisme et des formes les plus résistantes de la malaria, en bloquant la reproduction du parasite responsable de ces maladies, un parasite du genre Plasmodium, et en détruisant les membranes du parasite. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qualifie d’ailleurs l’artémise comme “le plus grand espoir mondial contre le paludisme”.

On doit cette découverte à une chercheuse chinoise du nom de Tu Youyou qui a reçu le Prix Nobel de médecine en 2015 pour avoir mis au point un traitement contre le paludisme à base d’armoise annuelle. Cette action est due à l’artémisinine, un des composants de la plante que Tu Youyou a réussi à isoler. Cependant, il est intéressant de voir que :

– L’artémisinine isolée fonctionne pour soigner la malaria
– La plante entière (l’artémise) fonctionne aussi très bien contre la malaria
– La plante entière (l’artémise) dont on a enlevé l’artémisinine fonctionne aussi

Étonnant non ? En effet, sur les 400 composants recensés de l’artémise, on sait que plus de 20 sont antipaludiques, donc oui, l’artémisinine est efficace, mais les infusions d’artémise le sont tout autant.

Une étude sponsorisée par la Maison de l’Artemisia menée au Congo a montré un taux de guérison du paludisme est de 99,5 %, avec disparition de la fièvre, des maux de tête et des courbatures dès le deuxième jour.

Bien que moins efficaces que l’armoise, parmi les plantes employées contre le paludisme, citons les feuilles d’eucalyptus, le Kinkeliba et le Moringa, des plantes médicinales aux multiples bienfaits pour la santé.

Action sur le cycle menstruel

L’armoise est une plante emménagogue, employée par les femmes pour les troubles liés aux règles. Elle permet de réguler le cycle menstruel chez les femmes présentant un cycle irrégulier, notamment durant la ménopause.

Stimulante de l’utérus, elle est employée dans le traitement de la dysménorrhée et de l’aménorrhée, facilitant la venue des règles et d’en soulager les manifestations, notamment en association avec de la camomille romaine, et particulièrement chez les jeunes filles à l’approche de la puberté.

Plante aux vertus antispasmodiques, elle est traditionnellement utilisée, parfois en association avec de la racine de valériane, pour soulager les douleurs associées à la dysménorrhée et l’aménorrhée, qui arrivent avant, pendant et après la menstruation. Ainsi, elle permet de réduire les douleurs abdominales et donc la prise d’antalgique.

Au-delà des douleurs, l’armoise permet de supprimer, ou au moins soulager tous les troubles liés au syndrome prémenstruel : rétention d’eau, prise de poids, gonflement des seins, irritabilité, etc. Il est intéressant d’associer la plante à la reine des plantes médicinales pour les femmes, la feuille de framboisier (en tisane), qui accompagne les femmes pour soulager les troubles féminins pendant toutes les périodes de leur vie, de la puberté à la ménopause.

Action sur le système digestif

L’armoise, avec ses principes amers, est traditionnellement utilisée pour soulager tous les troubles digestifs : coliques, diarrhées chroniques (associée à de l’aigremoine), douleurs viscérales, flatulences, ballonnements, sensations de distension, etc. C’est une bonne remplaçante des feuilles d’artichaut qui elles stimule le foie, le système biliaire et la digestion en général.

Elle possède la propriété de stimuler les sécrétions du suc gastrique, stimulant la digestion et favorisant aussi l’appétit. D’ailleurs, l’armoise est souvent employée chez les personnes anorexiques ou souffrant d’une perte d’appétit en général, souvent en association avec des graines de fenugrec qui stimulent aussi l’appétit.

Grâce à ses vertus vermifuges, elle participe à l’élimination des vers et parasites intestinaux.

Action contre le cancer

Des études in vitro menées à l’Université de Washington ont montré l’action de l’artémisinine sur un grand nombre de cancers, plus précisément le cancer du sein, de la prostate et la leucémie (cancer des cellules de la moelle osseuse).

Au contraire de la chimiothérapie, l’action de l’artémise semble être sélective ciblant directement les cellules cancéreuses sans endommager les cellules saines.

Dans une étude de 2004 menée par le Dr Narenda Singh et le Dr Henry Lai sur l’action de l’artémisinine sur des cellules cancéreuses, les résultats ont montré une diminution significative du nombre de cellules cancéreuses, ainsi qu’une augmentation du phénomène l’apoptose, c’est-à-dire l’autodestruction des cellules cancéreuses. On prête des vertus similaires aux amandes amères d’abricot, mais elles sont plus controversées.

Comment utiliser l’armoise (posologie) ?

Usage interne

Il est important de respecter les doses prescrites pour éviter de basculer dans les effets toxiques de la plante. La prise par voie orale doit se faire après l’avis d’un médecin.

Faites chauffer 1 l d’eau, aux premiers frémissements, mettez 10 à 20 g de feuilles et sommités fleuries séchées à infuser 15 min. La posologie classique est de boire 2 à 3 tasses de la tisane tout au long de la journée, sans dépasser les 15 jours de prise.

C’est une préparation efficace pour tous les maux que nous avons cités précédemment, mais pour les femmes souffrant de troubles liés aux règles, la cure doit débuter 10 jours avant la période habituelle des règles.

La cure peut être prise sur une longue période, mais à très faible dose, pas plus d’une tasse par jour.

Protocole spécifique à la malaria

Infusion :

En cas de Malaria déclaré, le protocole mis en place est d’employer entre 5 g pour 1 l d’eau. On fait chauffer l’eau et on laisse infuser 15 min à couvert. Boire entre 3 et 4 tasses par jour pendant 7 jours pour une action antiparasitaire efficace.

L’herboriste Stephen Harrod Buhner affirme que l’artémisinine est mieux extraite s’il y a des lipides, donc préconise une infusion dans du lait entier, qui permettrait d’extraire 80% de l’artémisinine de la plante, contre 25% dans l’eau. Il recommande aussi de faire une 2e cure d’une semaine 2 semaines après la 1re cure.

En prévention, les recommandations varient, mais il est généralement conseillé de prendre la dose curative, donc 5 g/l, et de boire ce litre d’infusion dans la journée, en commençant la veille du voyage jusqu’à une semaine après le retour.

L’efficacité varie énormément en fonction de la qualité de la plante.

Macération à froid :

L’ONG ANAMED  et la Maison de l’Artemisia préconisent la macération à froid, à raison de 5 g d’artémise sèche pour 1 l d’eau, à laisser macérer une nuit. La plante doit être bien pressée une fois la macération terminée, pour extraire le maximum de l’eau.

Usage culinaire

 

L’armoise possède une saveur sucrée, légèrement amère.

Elle est utilisée en cuisine que ce soit dans le salé et le sucré. En effet, elle est employée pour parfumer les volailles, comme le poulet ou pour farcir la dinde. Autrefois, on l’utilisait pour attendrir les volailles dont la chair était trop coriace.

Aujourd’hui, c’est quand même dans les desserts qu’on en fait principalement usage. On s’en sert pour parfumer des gâteaux, comme par exemple certains daifuku, des pâtisseries japonaises à base de riz gluant.

Les jeunes pousses de la plante sont tendres et sucrées, souvent utilisées détaillées dans les salades.

Précautions d’emploi de l’armoise

Contre-indications

L’armoise, Artemisia vulgaris, est une variété proche de l’absinthe, Artemisia absinthum, avec laquelle elle partage des effets toxiques à haute dose.

La consommation d’armoise est contre-indiquée chez les femmes enceintes et allaitantes, ainsi que chez les enfants de moins de 12 ans. De même, il ne faut pas consommer d’armoise sans avis médical en cas de problèmes d’allergie aux Astéracées, d’insuffisance rénale ou hépatique.

Effets indésirables

Les effets indésirables sont généralement liés à une surdose, qui peut causer des irritations gastriques et intestinales, avec parfois des douleurs abdominales, diarrhée, nausée ou vomissements.

En cas d’allergie, il est possible de voir une réaction allergique avec une irruption cutanée.

Pour la petite histoire

L’usage de l’armoise est très ancien, elle remonte à l’Antiquité, où elle était déjà associée à la femme, d’où son nom d’artémise, terme dérivé du nom de la déesse Artémis, la déesse de la nature sauvage dans la mythologie grecque. Dans la Grèce antique, chaque divinité était associée à des actions bénéfiques, Artemis étant associée à la facilitation de l’accouchement, le soulagement des femmes ayant des règles douloureuses et la régularisation du cycle menstruel.

On lui prête très vite des propriétés magiques et protectrices, notamment contre la fatigue. Pline déclare dans son Histoire Naturelle que c’est une plante que les voyageurs doivent porter sur eux pour ne pas ressentir de fatigue. Un dicton français dit d’ailleurs “qui portera l’armoise par le chemin ne se sentira jamais las”, on entend encore aussi “si tu connaissais les vertus de l’artémise, tu la porterais dedans ta chemise”.

Les Gaulois qui la nommaient “ponema” l’employaient pour la même chose, et lui attribuaient aussi des pouvoirs magiques et protecteurs.

Il était d’usage, jusqu’au 16e siècle, de porter l’artemise en chapelets lors de la Fête de la Saint-Jean, afin de protéger les yeux et la santé en général pendant toute une année. En quittant la fête, ils jetaient le chapelet dans le feu en disant “que toute ma malchance brûle avec ceci”.

L’artémise est souvent citées dans le fameux “Les Secrets du Grand Albert”, un des plus célèbres grimoires de sorcellerie attribué (à tort) au théologien et philosophe Albert le Grand. On y lit par exemple “celui qui a soin d’avoir toujours sur lui cette herbe, ne craint point le mauvais esprit, ni le poison, ni l’eau, ni le feu et rien ne peut lui nuire”.

Dans les pays asiatiques comme la Chine, en médecine chinoise, on utilise les tiges d’artémise pour faire des moxas, c’est-à-dire des bâtonnets que l’on fait brûler et qu’on place à proximité des points des méridiens d’acupuncture pour les chauffer. Utilisée en moxibustion, on s’en sert pour apaiser les douleurs, stimuler l’appétit, guérir les différentes affections touchant l’appareil respiratoire et l’appareil digestif, ainsi que pour favoriser la circulation veineuse.

 

Spécification: Armoise Séchée

Poids

100g, 250g, 500g

User Reviews

0.0 hors de 5
0
0
0
0
0
Write a review

There are no reviews yet.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Armoise Séchée”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3attar

Rejoignez-nous pour recevoir nos promotions et conseils

Rejoignez-nous pour recevoir nos conseils et promotions

3attar.ma est une un en ligne Marketplace. Le plus grand choix alimentaire sur Internet. Livraison partout au Maroc. Fruits secs, légumes, herbes, tisanes, viande, et volaille

Suivez nous

Paiements au choix

Payez cash à la livraison ou de manière sécurisée par carte bancaire.

3ATTAR DANS VOTRE POCHE!

appstore
3attar.ma
Reset Password
Shopping cart